Qui êtes-vous ?

Ma photo
Qui suis je? Une jeune femme qui a décidé de revenir au naturel. J'ai choisi de stopper le défrisage et accepter mes cheveux tels qu'ils sont: beaux et naturels. Le cheveu afro est beau et offre milles possibilités de coiffures. Le style, la classe et le glamour n'ont rien à voir avec la nature du cheveu c'est juste une question d'imagination! Grâce à plusieurs blogs et forums j'ai appris à m'occuper de mes cheveux et ils me le rendent bien. Je veux maintenant vous faire profiter à mon tour de toutes les astuces beauté.J'y mettrai également mes coups de cœurs mode et culture. Bonne lecture et bienvenue! Cet espace est aussi le votre n'hésitez pas à laisser des commentaires!

vendredi 27 janvier 2012

J'ai testé le shampoing "Cleansing cream" de Jessicurl's


Jessicurl's est une marque américaine destinée aux cheveux crépus, frisés et bouclés dont le slogan est "You have the right to remain curly" (vous avez le droit de garder vos cheveux bouclés). Les produits  proposés sont naturels (sans silicones et sans parabens) et sont spécialement conçus pour prendre soin des chevelures frisées. C'est une de mes marques préférés, leurs produits sont top! Depuis mon retour au naturel, j'ai testé plusieurs shampoings (voir ici et ici), mais mon préféré c'est celui de Jessicurl's. 

Ce shampoing c'est une tuerie! Il lave bien ET en douceur, les cheveux sont propres et doux! Pas d'effet "cheveux pailles" contrairement à d'autres shampoing décapants. Pour le moment, je n'ai pas trouvé mieux, associé à l'après shampoing de la gamme, un masque ne sera même pas indispensable tellement  les cheveux sont doux. 

Le packaging de la gamme a changé il y a quelques mois (avant les bouteilles étaient vertes) mais cela n'a aucune incidence sur les ingrédients, la formule reste la même. Seul bémol de ce produit : le prix (19. 50 euros) mais la bouteille dure puisqu'il n'y a pas besoin d'en utiliser beaucoup (le mien dure environ 3 mois) donc cela reste raisonnable.

Article "Tendance black fashion power" ça continue!

Après la rédactrice en chef du magazine, c'est au tour de celle qui par le scandale arrive la "journaliste" Nathalie Dolivo qui s'est excusé sur le site ELLE.fr, il en aura fallu du temps pour qu'elle comprenne à quel point son article était insultant, réducteur, raciste et faux (rayez la mention inutile). Elle explique qu'elle avait de bonne intentions en écrivant cela et qu'elle voulait mettre en avant le fait que les nouvelles icônes noires de la mode étaient une source d'inspiration pour tous les créateurs de mode.... Je vous laisse juger par vous même je retranscris ses excuses ici.

ps : Audrey Pulvar et la rédactrice en chef du "ELLE" seront au Grand journal sur Canal + ce soir pour parler de cette "polémique", je suis curieuse de voir comment elle va justifier son article, émission à ne pas rater! 

"Depuis la parution en ligne sur le Elle.fr de mon papier titré « Black fashion power », les commentaires sont nombreux. Souvent virulents, voire violents et insultants. J’en suis extrêmement peinée car ils relèvent pour moi du contre-sens. Ils témoignent en tout cas d’un profond malentendu dont je suis tout à fait désolée. Je voudrais dire, comme l’a déjà fait Valérie Toranian, la directrice de notre rédaction, que le propos n’était pas de choquer, de blesser ou de stigmatiser qui que ce soit. Au contraire, l’article se voulait positif : il s’agissait de mettre en avant ces nouvelles figures qui affolent et fascinent l’industrie de la mode et de l’entertainment, du show-business. Sans vouloir m’attarder sur les commentaires me traitant d’ « idiote » ou d’« inculte », je voudrais donc redire plusieurs choses sur le fond de mon papier :
1. L’article porte majoritairement sur un phénomène américain. Son point de départ ? Des célébrités qui évoluent dans la mode, la musique, le cinéma. Cet article ne se veut pas la description d’un phénomène social qui concernerait toutes les femmes noires, d’Amérique ou de France. C’est un sujet qui évoque d’abord l’industrie de la mode et le show business américain. 

2. L’article se voulait positif et je suis attristée qu¹il ait été mal interprété. En réalité, quand j’évoque les codes blancs, je fais référence aux codes classiques de la bourgeoisie blanche américaine (références culturelles que je cite plus tard dans l’article : la Ivy League, les Hamptons, la côte Est, les looks à la Tommy Hilfiger/Ralph Lauren, etc.).

Mais pour dire que les filles dont je parle s’en sont inspirés pour mieux les enrichir. Que ce n’est pas du copié-collé, justement. Je voulais aussi souligner dans l’article que l’on était passé d’une domination de l’esthétique R’n’B à un engouement pour l’allure d’une Michelle Obama. Évidemment que toutes les femmes noires d¹Amérique n’étaient pas habillées jusque-là en baggy et baskets. Il s’agissait juste de mettre en avant les représentations dominantes dans le paysage culturel actuel aux Etats-Unis. 
J’ai aussi cité un certain nombre de figures noires importantes dans l’histoire esthétique et culturelle de la communauté afro-américaine (le cotton club, angela davis, sly and the family stone, etc.). Preuve que pour moi, le style commence bien avant le mandat Obama.

3. L’article voulait montrer également que les figures que l’on appelle aux Etats-Unis les « role models », les prescriptrices, celles qui sont suivies et donnent le ton d’une époque par le biais de la culture, avaient changé. Que nous étions passé, dans l’imagerie de cette culture populaire (les clips, les actrices, les it girls) de Lil Kim, Missy Elliott, Beyoncé, etc. à Solange Knowles, Michelle Obama ou Zoe Saldana. Que ces femmes étaient devenues des icônes mainstream, transcendant justement les frontières raciales puisqu’adulées par les noirs, les blancs, les latinos. Ca me paraissait intéressant et positif. Je n’ai à aucun moment voulu heurter quiconque. Encore une fois j’en suis sincèrement désolée. Tout ce malentendu nous prouve qu¹il faut poursuivre le débat, échanger, être à l’écoute." Nathalie Dolivo

jeudi 26 janvier 2012

Un bon masque pour cheveux crépus


Le masque est une étape importante du soin des cheveux, je dirais même indispensable surtout en ces temps de froid, il permet de fortifier les cheveux. Le masque sera votre allié pour garder des cheveux doux et biens nourris. Perso, je ne fais pas spécialement de coiffure protectrice en hiver (quelques chignons mais pas trop de tresses avec rajout j'ai la flemme) donc une seule solution pour ne pas avoir les cheveux secs : les soins, les soins, les soins! Lorsque je ne fais pas de bains d'huile, j'utilise un masque tout fait (après le shampoing et l'après shampoing). Je vous ai sélectionné deux masques qui sont vraiment efficaces que j'ai testé. 

1) Le masque sublimateur de Noire O naturel 


Ce masque bio (certifié) est composé d'ingrédients naturels spécialement sélectionnés tels que les huiles de jojoba et d'argan, des beurres végétaux (mangue et karité) ainsi que des huiles essentielles (ylang-ylang et bois de rose) qui apporteront brillance, nutrition et douceur aux cheveux les plus abîmés. Ce masque riche a une texture crémeuse qui permet au produit de bien pénétrer les cheveux. J'en avais déjà parlé ici. Il s'applique après le shampoing sous un bonnet chauffant, à laisser poser au moins 20 minutes. Vous pouvez trouver ce masque sur le site Noire o naturel de ou à l'espace Nayenka. Seul bémol le prix mais il se justifie par la qualité des ingrédients (son prix est de 25.90 euros).



2) Le masque restructurant profond de JessiCurl's (Weekly deep conditioning treatment)


Jessicurl's est une de mes marques chouchous, leur shampoing c'est juste une tuerie (mon préféré), ce masque est d'ailleurs un des best sellers de la marque. C'est un soin vraiment efficace sans silicones, sans paraben à appliquer après le shampoing sous un bonnet chauffant (ou à défaut du film alimentaire pour optimiser le produit). La texture est bien crémeuse ce qui permet donc une bonne application. Vous pouvez trouver ce produit à l'espace Nayenka (son prix est de 22.80 euros).

ps : J'ai fais une commande groupée Oyin, j'attends avec impatience de recevoir mon colis, parmi les produits que j'ai pris il y a un après shampoing qui peut aussi s'utiliser en masque je vous en reparle bientôt! 

mercredi 25 janvier 2012

ELLE magazine, Tendance black fashion power suite et fin?

Après plus de 1000 commentaires, des articles sur plusieurs blogs, dans la presse française, américaine, des lettres ouvertes, la rédaction du magazine a ENFIN décidé de retirer l'article litigieux et de présenter des excuses! Il en aura fallu du temps! Les excuses sont rares dans la presse donc il faut saluer cet effort mais ce n'est pas fini pour autant! Il faut que la rédaction profite de cette occasion pour se poser des questions, s'interroger sur la manière dont elle traite les femmes noires, de l'image qu'elle leur accorde et qu'elle réalise qu'elle doit combattre le racisme ordinaire. C'est vraiment affligeant de voir de tels clichés dans la presse française en 2012 mais cet article aura au moins le mérite de démontrer que les femmes noires (et pas seulement, d'autres citoyens se sont indignés avec nous et pour cela je vous remercie) peuvent se mobiliser et avoir un poids (relatif certes mais un poids quand même). Personnellement je n'ai pas l'intention de "poursuivre cette discussion sur elle.fr" comme elle le propose! Les femmes noires n'ont pas attendu Obama ni "ELLE" magazine pour avoir du style! 

Voici le texte de la rédactrice en chef que je retranscris ici mais que vous pouvez également lire sur le site 

Tendance : black fashion power

Suite aux vives réactions et aux  nombreux commentaires suscités par l'article  Black Fashion Power, nous avons décidé de le retirer du site. Si cet article a  pu choquer ou blesser certaines personnes nous en sommes profondément désolés  car ce n'était nullement notre intention, au contraire. Nous regrettons vivement  ce malentendu.  Le débat a néanmoins été lancé et il va nous permettre  d'enrichir notre travail journalistique. A bientôt donc sur ELLE.fr et dans ELLE pour  poursuivre cette discussion.
Valérie Toranian, Directrice de la  rédaction de ELLE

Fashizblack est enfin en kiosque!


Au commencement, Fashizblack c'est un magazine de mode en ligne, pointu et branché qui s'adresse aux jeunes femmes noires. Ce site devient très vite incontournable avec plus de 20 000 fans sur la page facebook. Désormais, grâce à l'investissement des lecteurs, c'est aussi un magazine papier! Il est en kiosque depuis quelques jours et il est à la hauteur de nos espérances. Enfin un magazine destinée en femmes noires de qualité en version papier (il existe de nombreux sites/blogs/forums de qualité mais très peu en version papier finalement). Petit plus de ce magazine, chaque article est traduit en anglais. Je ne peux que me réjouir de l'arrivée de Fashizblack dans les kiosques à l'heure où on peut lire dans certains que magazines que :  "le chic est devenu une option plausible pour une communauté jusque-là arrimée à ses codes streetwear". Pour plus de précisions voir ici

 Alors le format est classique, il y a de belles photos et la qualité du papier est au rendez vous!



Fashizblack décrypte les dernières tendances mode




Nous parle des milles et unes facettes du pagne


Fashizblack nous offre également un dossier sur l'entretien des cheveux


Ainsi qu'un dossier sur la banalisation de la chirurgie esthétique et plein d'autres choses encore!

Bref c'est du lourd! bravo à l'équipe Fashizblack pour ce premier numéro papier qui tiens toutes ses promesses. Vous le trouverez dans la plupart des Relay en France métropolitaine 

mardi 24 janvier 2012

Article Tendance Black fashion power d' "ELLE" magazine la suite!




Après plus de 700 commentaires la pseudo journaliste Nathalie Dolivo a compris que quelque chose n'allait pas avec son article donc elle l'a changé! Elle a ajouté un nouveau paragraphe qui traite des filles à la mode en ce moment et qui inspirent les créateurs comme Solange Knowles par exemple. Bien sûr, elle ne s'excuse pas et fait comme si de rien n'était (pour le début de l'histoire cliquez ici).

Depuis hier, cet article a fait réagir de nombreuses personnes dans la communauté afro en France mais pas seulement (voir l'article de France télévisions ici) comme à l'étranger d'ailleurs (voir cet article sur le site du site américain New York fashion, ainsi que sur Vogue black voir ici), ainsi que Sonia Rolland sur sa page facebook, sur le site d'Afrosomething, de Roots magazine et bien d'autres encore. Une pétition circule également pour exiger des excuses publiques que vous pouvez signer ici.

La rédactrice en chef du magazine "ELLE" vient de répondre, en aucun cas elle ne présente des excuses, en gros elle dit que nous avons mal interprété, ce n'est pas raciste, c'est juste un article sur les icônes de la mode noire!!!! Ha-llu-ci-nant! Tout simplement, la mauvaise foi à ce point c'est méprisant, je vous laisse juger par vous même :

A propos de l’article Black Fashion Power L’idée de l’article « Black Fashion Power », pris à parti par certains internautes, est née du constat suivant : aujourd’hui, les égéries qui enthousiasment la mode, les filles les plus pointues du moment, celles qui donnent le « la », qui sont en premier rang des défilés, qui squattent les tapis rouges, sont des femmes noires. Le phénomène est d’abord et avant tout américain, puisque les artistes comme Nicki Minaj, Solange Knowles ou Zoe Saldana sont américaines. Il nous a paru évident qu’il fallait traiter ce phénomène, comme nous en traitons régulièrement dans nos pages, comme d’autres phénomènes culturels, sociétaux ou mode tels que la nouvelle beurgeoisie, ou l’émergence de créateurs d’origine asiatique qui sont les valeurs montantes de la mode US (Alexander Wang, Jason Wu, Thakoon, Prabal Gurung). Ce « mouvement » coïncide par ailleurs avec le mandat Obama. Michelle, son épouse, a une influence majeure en terme stylistique sur les femmes, et les femmes de la communauté afro en particulier. Cela nous a semble intéressant de le souligner C’est le cas aussi par exemple pour Kate Middleton, en Grande-Bretagne, qui a littéralement boosté l’industrie textile britannique ou en son temps Jackie Kennedy, autre icône de la maison blanche qui a inspiré tant de femmes. Bien sûr que les femmes noires n’ont pas attendu l’avènement d’Obama pour avoir du style. Ce n’est pas ce qui est dit dans l’article, puisqu’ il est fait référence aussi à d’autres époques hautes en style. Et le propos n’était pas de généraliser : toutes les femmes noires aux US n’étaient pas adeptes du street wear jusqu¹à ce qu¹elles adoptent un style plus fashion ! Il nous semblait que cela allait de soi... Bien sûr, l’article peut donner l’impression d’un miroir déformant puisqu’il ne s’agit pas en effet de dresser un portrait exhaustif de la communauté noire et de son rapport à la mode, depuis toujours et de toute éternité. C’est une photographie, un instantané, un focus sur un phénomène assez pointu à un moment donné, qui concerne les femmes noires mais aussi la mode en général. Nous sommes navrées que cette volonté, au contraire, de faire la place belle à ces femmes qui nous inspirent, ait été mal interprétée, car notre intention n’était nullement de véhiculer des stéréotypes erronés ou racistes, mais bien plutôt de mettre en avant un mouvement passionnant, riche et porteur de sens. Comme l’est souvent la mode. Valérie Toranian, directrice de la rédaction du magazine ELLE "

Reportage "Egaux mais pas trop, des couleurs, des beautés"



Voici un reportage très intéressant de la chaine LCP, présenté par Rokhaya Diallo sur la représentation de la beauté des femmes dans les magazines, et plus particulièrement de celles des femmes noires dans la presse française (ou plutôt leur absence de représentation). Voici comment est présenté le reportage : 

"Liberté, égalité... diversité". Dans notre société, la beauté a été élevée au rang de qualité essentielle pour les femmes. Mais être bellen qu'est ce que ça signifie? A travers leurs unes, et les publicités qu'ils diffusent, les magazines féminins proposent une réponse en mettant en avant des canons bien particuliers.  Ainsi, selon leurs critères, la femme idéale serait grande , jeune, mince ... et la plupart du temps, blanche! Ces représentations ignorent souvent une grande partie des femmes, en particulier celles qui n'ont ni la peau claire, ni les cheveux raides."

On peut suivre Rokhaya Diallo, chroniqueuse télé, dans la rédaction de plusieurs magazines tel que Be qui s'adresse à un public jeune et branché, Amina qui s'adresse à des femmes d'âges mûres (selon moi), à Femme actuelle qui a sorti deux hors série Beauté Noire, au salon Beauty Color, etc.. Elle interroge également Sonia Rolland qui est l'égérie de Mixa (c'est la première femme noire française à être l'égérie d'une marque de cosmétique française (après tout nous ne sommes qu'en 2012!). C'est un reportage intéressant dans lequel on se rend bien compte que c'est les annonceurs qui ont le dernier mot! Y'a du changement mais on il reste du chemin à parcourir avant d'aboutir à une représentation réelle et positive de la femme noire dans les magazines! 

Vous pouvez regarder ce reportage ici.
Vous pouvez également lire le blog de Rokhaya Diallo ici.

lundi 23 janvier 2012

Réponse à l'article du magazine Elle "Tendance Black fashion power"


Quelle fut ma surprise et ma consternation lorsque j'ai lu l'article "Tendance Black Fashion Power" sur le site du magazine français "Elle"! Au début, le petit encart disait : "Elles sont pop, elles sont choc, elles sont top... De Rihanna à Nicki Minaj, Solange Knowles ou Inna Modja, les nouvelles égéries noires fascinent les créateurs, emballent les rédactrices de mode et inspirent la rue. Décryptage." donc je me dis ça peut être intéressant. Mais quand j'ai lu un peu plus loin le titre "un style loin du street wear" j'ai vite déchanté!!!

C'est de loin, l'article le plus cliché, réducteur et raciste (n'ayons pas peur des mots) que j'ai lu depuis longtemps dans la presse féminine généraliste! S'il avait été écrit durant la ségrégation aux États Unis ou pendant l'apartheid en Afrique du Sud j'aurais compris mais là un article écrit par une "journaliste" dans un magazine renommé c'est juste consternant! 

Pour vous faire votre propre idée, je vous retranscris l'article en intégralité ici : 


"Dans une société obsédée par l’image, ces filles ont donc compris, mieux que quiconque, l’importance du look. On pourrait même dire que, pour la communauté afro, le vêtement est devenu une arme politique. Jon Caramanica, journaliste au « New York Times », affirmait récemment dans un article consacré à cette renaissance noire que « ce retour au style constituait pour la communauté noire une source de dignité ». Comment ne pas y voir l’effet du couple Obama ? Dans cette Amérique dirigée pour la première fois par un président noir, le chic est devenu une option plausible pour une communauté jusque-là arrimée à ses codes streetwear. La First Lady Michelle donne le ton, misant sur des marques pointues, transcendant les robes trois trous, revisitant en mode jazzy le vestiaire de Jackie O. Bref, l’audace et la créativité se sont réveillées, le preppy a 
de nouveau droit de cité. Comme dans les années 30, le mouvement Cotton Club, les costumes de jazzmen et les robes charleston. Et dans les années 60, le combat pour les droits civiques, le black power, la classe ineffable et inégalée d’une Angela Davis. Mais, si, en 2012, la « black-geoisie » a intégré tous les codes blancs, elle ne le fait pas de 
manière littérale. C’est toujours classique avec un twist, bourgeois avec une référence ethnique (un boubou en wax, un collier coquillage, une créole de rappeur…) qui rappelle 
les racines. C’est décalé, nouveau, désirable, puissant. « En cette période de crise mondiale, il y a un vrai besoin de fun et de créativité, reprend Olivier Cachin. Des Nicki Minaj ou des Janelle Monáe, originales et fortes visuellement, qui répondent totalement à cet air du temps difficile et anxiogène, en sont comme l’antidote. » 


Les voilà donc icônes d’aujourd’hui. La mode les fait reines, assouvissant ainsi son besoin constant de se renouveler. Lorsque les tendances patinent, la fashion se tourne toujours vers la rue. Ce fut le cas dans les années 80, les défilés Gaultier, la culture Benetton, le début du hip-hop. C’est de nouveau le cas : la rue, et la culture afro en particulier, semble constituer un inépuisable vivier d’idées. « A New York, explique Sylvia Jorif, chef des infos mode à ELLE, le phénomène est fou ! Une classe moyenne noire a émergé et joue avec la mode. Ce sont bien souvent des looks désuets, vintage, avec une connotation artistique et musicale.Tout est toujours un peu exagéré : le dress 
code Hamptons est +++, le vestiaire Ivy League est boosté. C’est souvent drôle mais jamais ridicule. Et ce sont de formidables leçons de style ! » On n’a pas fini de s’inspirer de ce fashion black power !" 


Quelques citations qui m'ont juste fait halluciné :  "Dans cette Amérique dirigée pour la première fois par un président noir, le chic est devenu une option plausible pour une communauté jusque-là arrimée à ses codes streetwear." 

Voilà! Avant l'arrivée d'Obama, les noirs ne portaient vraisemblablement que  des baguys, mais heureusement qu'il est arrivé et désormais nous pouvons porter autre chose, genre des costard spour les hommes ou des robes pour les femmes!!!! Avant lui, les noirs ne connaissaient pas le chic, ils étaient cantonnés au street wear!  

Ma partie préférée : "le preppy a 
de nouveau droit de cité. Comme dans les années 30, le mouvement Cotton Club, les costumes de jazzmen et les robes charleston. Et dans les années 60, le combat pour les droits civiques, le black power, la classe ineffable et inégalée d’une Angela Davis. Mais, si, en 2012, la « black-geoisie » a intégré tous les codes blancs, elle ne le fait pas de 

manière littérale. C’est toujours classique avec un twist, bourgeois avec une référence ethnique (un boubou en wax, un collier coquillage, une créole de rappeur…) qui rappelle 
les racines."

A la lecture de ce paragraphe, on pourrait croire qu'Obama c'est un peu le nouveau messie, tant sa venue a changé les choses pour la mode des noirs! Je suis sûr qu'en trouvant le terme "black-geoisie" la supposée journaliste "Nathalie Dolivo" s'est dit "ah il déchire ce jeu de mot!" Pourquoi chercher un mot spécifique pour les noirs d'ailleurs? Toujours la même histoire, les noirs ne peuvent qu'être une extension des blancs puisque seuls les blancs peuvent avoir la classe, c'est évident! Comme si les noirs ne pouvaient pas avoir leur propre style, leur seul source d'inspiration c'est uniquement les blancs!!! J'exagère puisque quand même elle explique qu'il y a toujours une référence ethnique "un boubou en wax, un collier coquillage, une créole de rappeur"!!! Plus cliché et insultant c'est impossible même avec la meilleur volonté du monde! Vous comprenez nous avons "besoin"d'un rappel de nos racines par ces accessoires au cas où on ne se rappellerai plus d'où on vient et/ou notre histoire, on est jamais trop prudent! C'est vision réductrice des noirs traduit bien la méconnaissance de l'histoire des noirs aussi bien aux États Unis qu'en France de cette supposée journaliste. 

On apprend aussi dans cet article qu'il y a une émergence d'une classe moyenne noire, encore une fois cela démontre bien à quel point elle n'a pas travaillé sur son sujet sinon elle ne pourrait pas écrire des inepties pareils! Il y a déjà plusieurs décennies qu'une classe moyenne a émergé aux États Unis! Faut se mettre à la page chère Nathalie Dolivo! 

Au delà du côté insultant et raciste de cet article, ce qui m'ennuie c'est qu'il soit publié dans un magazine aussi populaire que le magazine "ELLE". C'est une des revues les plus lus en France, il est donc destiné à une large diffusion. Même si la majorité des lecteurs peuvent se faire leur propre idée de cet article, toujours est-il que ce n'est pas le cas de tous les lecteurs qui peuvent prendre pour argent comptant ce qui est écris dans ce magazine dont la réputation n'est plus à faire. Avant de publier un article, chaque journaliste se doit de se documenter sur le sujet et RÉFLÉCHIR avant d'écrire! C'est très simple mais ça marche! La rédactrice en chef est aussi responsable que la journaliste du contenu de cet article puisqu'en cas d'action en justice sur le fondement de la loi sur la presse de 1881, les deux seraient mises en cause. 

En tant que femme noire et lectrice, je me sens offensée et insultée par cet article. Bref on a encore du chemin à parcourir avant de voir une représentation des femmes noires positive et loin des clichés dans la presse féminine généraliste en France. C'est à nous, lectrices, de réagir et de montrer à quel point nous sommes scandalisées! Je vous invite à laisser vos commentaires sous l'article ici. En ce qui me concerne,  j'adore lire, y compris des magazines féminins pour me changer les idée, c'est dommage parce que j'aimais bien le magazine "ELLE" mais je crois bien que je vais arrêter de le lire (et de l'acheter).

Je ne peux que me réjouir de l'arrivée de "Fashizblack" dans les kiosques, enfin un magazine papier de qualité qui nous parle et décrypte la mode sans nous sortir des clichés! 

ps : Message à l'équipe de rédaction : "je vous suggère d'embaucher une journaliste noire pour éviter ce genre d'articles!"


Actualisation : Audrey Pulvar a également répondu à cet article Y'a bon Obamania, je vous invite à le lire c'est très intéressant comme point de vue! 

dimanche 8 janvier 2012

J'ai testé : le Smoothie de Shea moisture



Ce smoothie, c'est un de mes coup de coeur c'est juste une tuerie! Je pense qu'en terme de crème hydratante c'est le meilleur que j'ai testé jusqu'à présent, encore mieux que ceux de la gamme Curls! Shea Moisture est une marque américaine qui propose des produits à base de karité aussi bien pour le corps que pour les cheveux. Pour la petite histoire, la marque a été crée par un nigérian, Richelieu Denis, venu étudier aux Etats Unis, qui avait décider de vendre ses produits à base de karité et de savon noir dans la rue (le savon c'est le Nubian héritage dont j'avais déjà parlé ici). Ses produits se sont vendus comme des petits pains et depuis le succès de ces produits est toujours au rendez vous!

C'est un beurre très riche qui hydrate vraiment bien sans laisser de film gras (idéal par ces temps de grand froid). Il est enrichie à l'huile de coco, l'huile de neem et en protéines de soie. J'adore l'odeur qui est un mélange de coco et de vanille (mais pas trop prononcé non plus). Ce qui est bien c'est comme c'est un beurre riche pas besoin d'en mettre beaucoup, une noisette par section c'est largement suffisante (du coup rapport qualité/prix c'est intéressant!). Avec ce smoothie vous aurez les cheveux hydratés et bien nourris! Il est également idéal pour obtenir un twist out bien défini, bref ce produit c'est juste une tuerie! A tester d'urgence! (promis je vous poste une photo bientôt!)

Vous pouvez trouver ce produit sur le site de Belle ébène.

mercredi 4 janvier 2012

Démaquillant doux pour les yeux fait maison


J'ai décidé de me lancer dans une opération "anti-cernes" (elles sont très marqués et j'en ai marre, je vous en reparlerais bientôt), je me suis alors mis à la recherche de produits naturels pour atténuer les cernes. Suivant les conseils d'une copine, j'ai acheté l'eau florale de bleuet qui a un effet décongestionnant (je vous en reparlerais plus tard aussi). Pour optimiser son efficacité, j'ai décidé de réaliser un démaquillant pour les yeux à base d'eau florale de bleuet. j'ai trouvé la recette sur le site aromazone (j'avais oublié à quel point ce site est génial, très bien fait, avec toutes les informations sur chaque produit et des recettes). 

La recette est très simple à réaliser, pour cela il vaus faut : 
-10 ml d'huile de ricin
-15 ml d'huile de jojoba
-25 ml d'hydrolat de bleuet
-10 gouttes de conservateur Cosgard

Mélanger tous les ingrédients et voila votre démaquillant est prêt! Pour plus d'efficacité, le laisser au frigo, bien agiter avant emploi (vu que c'est bi phasique il faut agiter pour que tous les ingrédients se mélangent), déposer la quantité souhaité sur un disque à démaquiller, poser sur l'oeil fermé, attendre quelques secondes puis frotter doucement. Je le trouve très efficace, doux et comme il est conservé au frigo il active la micro circulation ce qui est parfait pour mes cernes! 

lundi 2 janvier 2012

SOS détresse capillaire : lutter contre les alopécies


Tout le monde connaît cette photo de Naomi Campbell qui est une parfaite illustration de l'alopécie dont souffrent plusieurs femmes noires. L'alopécie est une chute de cheveux localisée qui apparaît souvent sur les tempes mais pas seulement, cela arrive aussi sur le front (le front recule et c'est assez flippant pour une jeune). Elle peut avoir plusieurs causes, voici les plus courantes :
-tresses trop serrées
-tresses trop lourdes
-lace wig (lorsqu'on enlève les lace wig posées avec de la colle, des petits cheveux peuvent partir avec de la colle!)
- tresses sous le tissage trop serrées 
-défrisages trop rapprochées sans soins 


(alopécie sur une jeune fille de 20 ans)

Bref, en sommes ce sont NOS pratiques, ce que nous affligeons à nos cheveux qui est à l'origine des alopécies. La bonne nouvelle c'est que nous pouvons changer cela! 

Ce qu'on peut faire :

1) Cesser les pratiques à l'origine des alopécies

-C'est à dire éviter de faire des tresses trop lourdes ou trop serrées, on peut trouver cela jolie mais au regard des conséquences ça ne vaut pas le coup! Pour les tissages, laisser reposer ses cheveux entre deux tissages et faire un bain d'huile avant le shampoing, demande à sa coiffeuse de ne pas faire des tresses trop serrées et de traiter ses cheveux avec douceur! Surtout pour nos enfants, quand je vois des petites filles avec des alopécies ça me rend folle! prenons soin de la chevelure de nos enfants, cela fait aussi partie de notre rôle d'éducation de leur apprendre à prendre soin de leurs cheveux.



2) Utiliser de l'huile de ricin ou de l'huile de carapate (vous pouvez trouver de l'huile de ricin chez aromazone). 

Ces deux huiles (qui sont issues de la même c'est juste le procédé d'extraction qui est différent j'en parlais ici) sont des fortifiants capillaires qui favorisent la pousse des cheveux. Elles sont donc tout à fait recommandé pour traiter les chutes de cheveux. Il suffit d'appliquer une noisette d'huile sur la partie où il y a une chute et masser tout doucement tous les soirs. Vous pourrez voir les résultats au bout d'un mois. C'est également un excellent fortifiant pour les cils j'en parlais ici.

-Voici une recette d'huile de soin très simple à réaliser pour lutter contre la chute de cheveux, pour cela il vous faut :
-50 ml d'huile végétale d'argan
-150 ml d'huile végétale de ricin
-30 gouttes d'huile essentielle d'ylang ylang
-30 gouttes d'huile essentielle de cèdre

Bien mélanger les ingrédients, appliquer sur cheveux mouillés, masser le cuir chevelu en douceur puis recouvrir la tête d'une serviette chaude, de film alimentaire ou d'un bonnet chauffant. Laissez poser au moins 30 minutes puis procéder au shampoing. (vous pouvez ajuster les doses en fonction de la longueur de vos cheveux, s'ils sont courts par exemple, vous pouvez diviser les doses par deux)

3) Utiliser des bandeaux, foulards, etc, pour camoufler en attendant que ça repousse

Avant que les soins prodigués produisent leurs effets, il faut un peu de temps, vous n'allez pas cacher vos cheveux ad vitam eaternam sous une perruque non? Alors usez et abusez des foulards (en soie si possible c'est encore mieux), des bandeaux etc bref utilisez des accessoires! 

4) Consulter un dermatologue

Si malgré tous vos efforts, vos cheveux ne reviennent pas, consulter un dermatologue, mais ne perdez pas espoir il y a toujours une solution! :-)

Bonne année!


Juste un petit post pour vous souhaiter à toutes et à tous une bonne année, que celle-ci soit l'année où tous vos rêves se réaliseront. Je vous souhaite le meilleur pour cette nouvelle année! Je tenais également à vous remercier pour votre soutien, vous êtes de plus en plus nombreux à suivre le blog ça fait plaisir :-) Je suis vraiment ravie d'avoir commencer cette aventure capillaire qui m'a permis de faire des belles rencontres et d'avoir des conversations intéressantes, alors MERCI! L'aventure continue en 2012!